Position de la ville d’ANDRESY

Prolongement de la Francilienne de Méry-sur-Oise à Orgeval :

Position de la ville d'Andrésy par rapport à la décision du Ministre des Transports, de l'Equipement, du Tourisme et de la Mer

Le Ministre des Transports, de l'Equipement, du Tourisme et de la Mer, M. Dominique PERBEN a, conformément au code de l’environnement, rendu sa décision le 24 octobre 2006. Il a retenu, afin de préparer l’enquête publique, le tracé dit « vert » en y associant des améliorations : tranchée couverte à Conflans-Ste-Honorine, prolongement de tranchée couverte à Achères et passage de la Seine en sous-fluvial entre Achères et Andrésy.

Il a complété cette décision de trois points très importants : une requalification de la RN184, des études en vue de l’amélioration de la circulation sur l’A13 et l’abandon du péage comme mode de financement. Il a tenu compte en cela des nombreuses demandes qui ont émergées lors du débat public dont celles d’Andrésy.

Même si nous pouvons regretter que le tracé « blanc » proposé par la ville d’Andrésy n’ait pas été retenu au motif de la « préservation de la forêt de Saint Germain », nous nous félicitons de cette décision qui permet de lancer le processus de réalisation de cette infrastructure indispensable à l'équilibre de notre territoire.

Dans sa décision, le Ministre a entériné l’abandon définitif de la partie centrale du tracé « rouge » épargnant, de ce fait, les habitants de notre Commune et de notre Canton. De plus, le choix d’un passage en sous fluvial de la Seine entre Achères et Andrésy permettra de rendre l’infrastructure complètement invisible pour nos riverains. Précisons, au passage, que le tracé « vert » évite la totalité de notre Commune et notamment le futur parc sportif et de loisirs des Cardinettes et le nouveau collège.

Le travail d’Andrésy, associé à celui de notre Communauté de Communes et de Maurecourt a porté ses fruits. Nos prises de positions, dès le début du débat, comme notre présence permanente et active durant celui-ci ont permis de montrer les incohérences d’un passage par Andrésy et par l’Hautil, tout en proposant une alternative constructive. Cela a été remarqué dans le rapport de la Commission Particulière : « Dès la réunion d’ouverture, le maire d’Andrésy, Hugues Ribault, s’était prononcé, explicitement, à la fois en faveur du prolongement de la Francilienne et pour une alternative au « tracé rouge », qui lui paraissait recevable dans les propositions du maître d’ouvrage, le « tracé bleu », si possible amélioré. Approfondissant cette prise de position initiale, la mairie d’Andrésy, sous l’impulsion de Denis Faist, Maire-Adjoint, est finalement parvenu à la proposition alternative que constitue le « tracé blanc. »

A ce titre, nous remercions particulièrement les membres de la Commission Particulière du Débat Public, dont M Bergougnoux son Président, pour la qualité et l'impartialité du rapport fourni, de même que M. Debarle, chef de la mission A104 de l'Etat, pour sa disponibilité, son écoute et sa patience durant ces quatre mois. Nous voulons aussi signaler que les responsables du COPRA très présents et souvent très critiques, ont largement contribué à la richesse et à la qualité des débats.

Mais, le tracé "vert", pose cependant des problèmes pour d’autres Communes : il maintient un échangeur avec le RD30 à Achères, il traverse de part en part de la ville de Carrières-sous-Poissy, il maintient un viaduc sur l'étang de la Galiotte et l'Ile des Migneaux et il va concentrer les pollutions au niveau de l'échangeur d'Orgeval… Andrésy restera solidaire des villes impactées par ce tracé et travaillera, à leurs côtés, à l'amélioration du projet et à son intégration en vue d’une protection optimale des habitants et des sites.

Il est prioritaire désormais d’obtenir la levée des servitudes sur Andrésy et les Communes concernées afin de permettre un développement harmonieux de celles-ci. Nous resterons vigilants dans les mois et les années à venir afin de garantir le respect des décisions prises. A cet effet, nous participerons activement au « comité de suivi », comme nous le propose le Ministre dans le courrier qu’il a adressé au Maire d’Andrésy le 24 octobre 2006.

Andrésy se réjouit de cette décision, stratégique pour l'avenir de notre Commune et de son environnement.

Hugues RIBAULT
Maire d'ANDRESY
Vice-Président de la Communauté de Communes
des deux rives de la Seine
Conseiller Général des Yvelines