Tribunes de l’opposition

GROUPE ANDRESY DYNAMIQUE

Les mauvais choix de la rentrée…

Pour relancer le commerce local, la Mairie ne trouve rien de mieux que de pénaliser les propriétaires qui ne louent pas leurs locaux et paient déjà leurs impôts : au lieu d’être incitatif, le Maire est répressif ! Nous pensons que ce n’est vraiment pas la bonne méthode pour dynamiser le commerce à Andrésy. En effet, Mercredi 20 septembre, lors du conseil municipal, la majorité a voté une taxe sur les « friches commerciales ». Notre groupe s’est opposé à ce nouvel impôt. Nous sommes préoccupés par les difficultés des commerçants, qui se traduisent par des locaux inoccupés. En juillet, nous préconisions donc de les aider, en travaillant avec eux et la Chambre de commerce, comme cela se fait dans des villes voisines. Mais à Andrésy, le Maire préfère toujours lever l’impôt.

Autre sujet important de cette rentrée : le parc Trek’Ile, inauguré, il y a quelques jours. Un nouvel espace vert à Andrésy, on ne peut pas être contre quand on n’est pas Andrésien et qu’on n’en paie pas les coûts. Pourtant, au-delà du respect des habitants de l’Ile et du saccage de la réserve naturelle, cela renvoie à des choix de gestion très lourds : 1,4 million d’€ investis dans Trek’Ile, c’est l’équivalent de plus de 4 années de fonctionnement de la crèche familiale que le Maire a décidé de fermer en décembre car elle coûtait, soi-disant trop cher ET c’est autant de travaux d’aménagement et d’entretien de voirie qui ne sont pas réalisés depuis 5 ans !! Sans compter les prochains frais d’entretien, qui ne sont pas connus à ce jour…

Bref : faire Trek’Ile, c’est faire une croix sur beaucoup d’autres travaux, équipements ou services que les Andrésiens attendent. Alors un nouveau parc, oui, mais uniquement si Andrésy en manquait cruellement (ce qui n’est pas le cas) et en avait les moyens (ce qui n’est pas le cas non plus). Il est facile de mettre en avant un aménagement qui plait à tous. Il sera plus difficile de faire avaler la pilule financière aux Andrésiens, dont les impôts ont déjà augmenté et vont sans doute continuer à croitre…

Andrésy Dynamique avec Virginie Muneret, Franck Martz, Marie-Françoise Perroto, Emmanuelle Menin et Christian Taillebois. Facebook/andresydynamique / email. andresydynamique@gmail.com/ www.andresy-dynamique.fr. Le 27/09/2017

ANDRESY ENERGIES RENOUVELEES

En cette période de rentrée, le maire et ses élus vont devoir concrétiser leurs projets. Après avoir augmenté pour 2018 la taxe foncière de 18% et la taxe d’habitation de 8%, des investissements sont nécessaires (et prévus) dans les écoles pour accueillir le supplément de population issu des projets immobiliers Gare et CCI (rue des Robaresses). De même, la rénovation du centre Louise Weiss, reportée depuis 3 ans, est un investissement souhaité et utile.

Mais le maire utilise aussi nos impôts pour des projets superflus : outre le boulodrome à 40 000 € à Diagana, offert à ses militants, il y a le parc urbain Trek’île qui ouvre après un retard de 18 mois . Il aura coûté 1,8 M € aux collectivités (dont Andrésy) qui ont financé ce parc. La fameuse « zone humide » créée artificiellement est un fiasco : des milliers de m3 d’eau sont versés en vain depuis des mois dans une cuvette, grande comme 2 terrains de foot, et soi-disant imperméabilisée par de la bentonite. Enfin, nos hausses d’impôts serviront aussi à construire un port de plaisance en centre-ville, sans aucune étude de viabilité, comme pour Trek’île ! Et comment va t-on financer l’entretien de ces projets qui s’ajouteront aux 500 000 € annuels de Diagana ?

De plus en plus d’Andrésiens s’inquiètent des projets immobiliers privés qui surgissent un peu partout. Certains sont soutenus par le maire comme l’immeuble prévu rue des Courcieux sur un verger d’une résidence classée.

Les règles actuelles de construction ont été fixées et votées par la majorité en 2015 ! Quand le maire dit aux riverains du projet rue M. Berteaux qu’il ne veut pas d’un immeuble de 12 mètres de hauteur, il oublie de dire qu’il l’autorise dans son PLU ! Mais le maire a enfin avoué que son PLU était trop permissif. N’est-ce pas déjà trop tard ?

Quoi qu’il en soit, AER travaille avec les associations des différents projets immobiliers afin de défendre les intérêts des Andrésiens et de faire évoluer le PLUi pour empêcher ces projets sauvages.

Laurence Alavi – Annie Minarik– Michel Près – Lionel Wastl
www.andresy-energies-renouvelees.com