Les écolabels

Agriculture bio, commerce équitable, écoproduit, bio-cosmétique… Autant de concepts et de produits qui fleurissent dans l’univers de la consommation citoyenne. Mais, savez-vous exactement ce que c’est ?

Qu’est ce qu’un label de « Consommation Responsable » ?

Être un citoyen responsable, c’est savoir aussi choisir les produits qui garantissent une démarche favorable pour l’homme et pour l’environnement.

ab mhavelaar

Public, comme AB « Agriculture Biologique », semi-public ou privé comme « Max Havellar », l’attribution d’un label relève toujours d’une démarche volontaire du producteur. Accordée par un organisme certificateur indépendant, la labellisation d’un produit apporte au consommateur une garantie sur sa traçabilité et sur le respect des normes de qualité environnementale ou sociale. Un label est généralement accordé à un produit ou une marque pour une durée de un à trois ans.

En mettant en place un système de label, producteurs et distributeurs s’associent dans une démarche de qualité pour s’imposer face aux marques traditionnelles.

Comment savoir si un label est véritablement un gage de qualité ?

Aujourd’hui, les sigles et les icônes se multiplient sur les emballages. Alors comment distinguer un label officiel, marque privée ou simple information ? Comment repérer le label qui répondra à vos attentes ?

Pour détecter si le label est un gage de qualité, vous devez identifier sa provenance. Le label peut avoir trois origines :

– C’est un label reconnu par les pouvoirs publics et contrôlés par des organismes indépendants. La loi française exige que le label comporte un cahier des charges, un organisme certificateur accrédité, un certificat de conformité et une homologation.

– Il émane d’un circuit privé ou semi-public, qui établit son propre système de contrôle à partir des engagements énoncés dans un cahier des charges strict. Les labels privés se partagent un marché concurrentiel et ne partagent donc pas tous le même niveau d’exigence.

– Troisième cas de figure, les appellations telles « nature » ou « protège l’environnement » fondées sur des auto-déclarations des marques. Ces arguments ne sont généralement pas vérifiables par un organisme extérieur. Il s’agit souvent simplement de produit qui respecte la réglementation en vigueur, ni plus, ni moins.

Quelles sont les garanties ?

Enfin, que le label inscrit sur l’emballage soit officiel ou non, il est important de se souvenir qu’un label ne garantit le respect des normes que sur une partie de la filière. Par exemple, un fuit certifié Agriculture Biologique garantit l’utilisation de moins de polluant mais il sera peut-être acheminé par la route en contribuant aux émissions de gaz à effet de serre.